AccueilGuide d’utilisationConduire un camping-car : un permis B et quelques règles à savoir

Camping-car, Fourgon,

Conduire un camping-car : un permis B et quelques règles à savoir

Conduire un camping-car peut être intimidant, mais avec l’habitude, cela n’est pas plus compliqué que de conduire une voiture ! Quelles sont les règles de base, à quoi faut-il faire attention ? Voici les codes de bonne conduite !

Il n’est pas impossible de ressentir un peu de stress au moment de conduire un camping-car pour la première fois. Les dimensions du véhicule, son poids sont tels que l’on appréhende un peu la conduite, le transport des passagers,  les manœuvres et les dégâts sur la carrosserie qui pourraient survenir en cas d’erreur d’appréciation…

Camping-car  : le même permis que les voitures 

On vous rassure tout de suite ! Conduire un camping-car n’est pas plus compliqué que de conduire une voiture citadine. Avant toute chose, sachez que seul un permis B est nécessaire pour un véhicule léger (VL) dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est inférieur ou égal à 3,5 tonnes. 

C’est  le cas de la plupart des camping-cars qui sont donc soumis aux mêmes règles de conduite, de circulation et de stationnement que les berlines, excepté si l’on tracte une remorque dont le poids est supérieur à 750 kilogrammes ! Au-delà de 3,5 tonnes, les camping-cars français entrent dans la catégorie poids-lourd (PL). Cela exige d’obtenir le permis C1 !

Adaptez votre conduite au gabarit du véhicule

Les camping-cars sont construits sur des châssis de camionnettes, parfaitement adaptés au volume et possèdent des équipements de conduite performants. Conduire un camping-car n’est donc pas plus compliqué que de conduire un fourgon ! 

Mais vous devez garder à l’esprit que vous êtes au volant d’un véhicule plus lourd et plus large. Il faut donc adapter votre vitesse, votre conduite en faisant attention de tenir votre voie sans gêner les autres usagers de la route. Regarder loin devant vous vous facilitera la tâche. Le maître-mot pour conduire un camping-car ? L’anticipation ! 

Sur la route, conduire doucement mais sûrement

N’attachez pas trop d’importance aux impatients… Conduire un camping-car doucement est normal et sécurisant pour vous et les passagers (mais ne vous traînez pas trop non plus). Cela dépend aussi de la motorisation de votre véhicule, des conditions de circulation et de la météo (vent, pluie, brouillard, etc.). 

Facilitez le dépassement en vous rangeant sur le bas côté si vous en avez la possibilité en signalant par un jeu de clignotants que les suiveurs peuvent vous dépasser. Si vous n’êtes pas à l’aise avec cela, mieux vaut peut-être conduire un fourgon aménagé ou un van, plus légers et maniables !

Respectez les distances de freinage, une question de sécurité

Plus un véhicule est lourd, plus les distances de freinage sont longues. Il est donc important d’anticiper les obstacles, les actions des autres conducteurs et de conserver une bonne distance de freinage. Notez par ailleurs que si votre camping-car mesure plus de 7 mètres, le code de la route exige une distance de 50 mètres entre les véhicules roulant à la même vitesse soit respecter hors agglomération. 

Pensez à la hauteur de votre camping-car

Gardez toujours en tête la hauteur de votre camping-car et soyez attentifs aux panneaux de signalisation avant les ponts, les tunnels, les parkings avec barres de stationnement. De même, prenez garde aux branches d’arbres, aux rétrécissements des rues qui peuvent abîmer votre carrosserie, particulièrement pour ceux qui possèdent un camping-car avec capucine.  

Virages, manœuvres, marches arrières : gare au porte-à-faux !

Nous voici au point que les novices redoutent le plus à l’idée de conduire un camping-car : les manœuvres ! Virages, ronds-points, ruelles étroites ou encore stationnement peuvent être délicats du fait de la longueur, la largeur du véhicule et de son porte-à-faux (partie de la carrosserie qui dépasse des roues). 

Prenez large aux intersections en gardant toujours un œil sur votre rétroviseur. N’hésitez pas à faire descendre votre co-pilote pour les manœuvres dans des ruelles étroites ou les marches arrières en cas de doute. S’équiper d’une caméra de recul s’avère aussi utile. 

En bref, vous l’aurez compris conduire un camping-car comme conduire un fourgon et surtout une question d’habitude et de feeling. Restez zen, appliquez nos conseils et tout se passera bien !

Article précédent JOA CAMP sera présent au salon du VDL du Bourget
Article suivant Premier voyage en camping-car : 8 conseils pour préparer son véhicule et son road-trip